luna milonguera

luna milonguera

A propos du Tango par Marcelo Sassi

Marcelo SASSI naît à Montevideo de parents uruguayens. Il se souvient que lorsqu'il était adolescent, il restait chez lui avec sa maman regarder à la télévision l'émission "Grandes valores del Tango", présentée par Silvio Soldan. Souvent il s'interdisait de sortir avec ses amis le samedi soir pour rester voir ce programme qu'il aimait tant. Il réalisait que le tango faisait partie de l'histoire, raison de plus pour partager ces moments avec sa maman. Ce qu'il appréciait le plus, c'était de l'entendre chanter toutes les chansons de tango; elle en connaissait toutes les paroles.

Marcelo raconte que sa maman aimait chanter des chansons de tango et de zarzuela, et qu'elle parvint à chanter à la télé uruguayenne, à l'époque où l'écran était en noir et blanc.

Elle revenait régulièrement sur l'anecdote suivante dans le cadre des bals de Carnaval qui avaient lieu au "Parque Hotel", dans le quartier de Parque Rodo, actuellement siège du Mercosur. Y participaient des orchestres de tous genres : de tango, de mambo, de salsa, comme celui de "Lucuona Cubans Boys"; ils venaient de pays différents, comme l'Argentine, Cuba, les Etats-unis d'Amérique ...

Ses parents y allaient les week ends, ils réservaient une table avec une bouteille de whisky et partaient jouer au casino. Parfois ils gagnaient, d'autres fois ils perdaient,mais s'assuraient d'abord et toujours, d'acheter une bouteille de whisky pour passer une agréable soirée.

A un moment donné, Marcelo voulut apprendre à jouer de la guitare; il apprit, jusqu'à composer quelques candombes. Mais , à cette époque, il y avait beaucoup de préjugés dans la société. Ce n'était pas bien vu de chanter des tangos, jouer de la guitare ou danser le candombe.

Il y avait longtemps que Marcelo voulait apprendre à danser le tango. Finalement il commença en 1999 avec son premier professeur : Omar Correa à "Joven Tango", institution de référence dans cette discipline à Montevideo. Elle existe depuis 40 ans, et son festival de tango est le plus vieux du monde avec 30 ans de production sans interruption.

Marcelo est le témoin protagoniste du changement et de l'évolution dont a souffert le tango en Uruguay. De passer du tango oriental au tango, avec de nouvelles influences, l'a conduit à avoir différents professeurs, parmi lesquels il se souvient d'Elena Vilariño, Esteban Cortez, ce dernier provenant du floklore uruguayen.

Depuis un certain temps, Marcelo s'est présenté à différents concours de tango, nationaux et internationaux. Tout a commencé lorqu'une amie du département de Maldonado, lui a demandé de l'accompagner en tant que cavalier pour participer à un concours, et qu'il a accepté. A partir de ce moment, il n'a pu résister à suivre cette voie, "l'adrenaline" est entrée dans son sang, inexplicable, dit-il ; c'est comme une drogue, il n'y a pas de retour possible,

c'est une façon de vivre, c'est culturel, social et émotionnel" .

Marcelo précise toujours, concernant le tango, que c'est un art et non pas une compétition sportive. Il estime que le fait de participer à une compétition est un défi personnel où chacun est son propre adversaire.

A la réflexion, Marcelo appartient vraiment à la famille des "Milongueros".

Marcelo Sassi et Estefani Diaz Deleon ont participé en 2015 au Mondial de Tango de Buenos Aires auquel se sont présentées environ 800 personnes. Soixante cinq couples sont parvenus à la demi-finale dont Marcelo et Estefani qui ont obtenu la 45e place.

(Interview faite en septembre 2017)

Traduction : Jacqueline Evenou.

 

 



26/09/2017